English
Bulgarian
 
DRAFT RESOLUTION
 
 
HISTORY
 
 
DECOMMUNIZATION
 
SOURCES
Draft resolution
Support

Resolution 1096

 

Communist Terror
Testimonies
Documents
Denazification
Decommunization
National Agencies
Internet Sources
Books

Articles
Decommunization > Denazification
  La Dénazification

SOURCES

JCS 1067

The U.S. Army in the occupation of Germany 1944-1946
by Earl F. Ziemke

Mazal Library

America's Role in Nation-Building:
From Germany to Iraq

Combating Holocaust denial through law in the United Kingdom

 


Denazification - decommunization - the case of Iraq - examples of treatment of former criminal authoritarian regimes
By Dr Sdrafko Tzankoff


La Dénazification

Les actions principales sur la dénazification en Allemagne, dont le but est «la reconstitution de la vie politique allemande sur des bases démocratiques», sont présentés dans un décret du commandement américain JCS 1067 à Eisenhower d’avril 1945.

• La dissolution du Parti Nazi, de ses formations, de toutes les institutions publiques nazies, qui ont été utilisées comme instruments du gouvernement du parti; interdiction de leur reconstitution sous quelque forme que ce soit.

• L’abolition de lois, qui ont créé la structure politique du national socialisme et toutes les lois, qui ont créé la discrimination raciale, nationale, politique et religieuse.

• Le licenciement des nazis actifs de toutes les fonctions publiques et leur écartement de la vie publique:
1°) des organisations économiques, civiques et de travail;
2°) des corporations et autres organisations, dans lesquelles le pouvoir allemand a des intérêts financiers importants;
3°) de l’industrie, du commerce, de l’agriculture et des finances;
4°) de l’éducation;
5°) de la presse, des maisons d’édition et des agences, spécialisés dans les informations et la propagande;
Les nazis actifs qui ont été plus que des membres ordinaires du parti sont qualifiés comme tels lorsque:

  1. Ils ont dirigé un service du parti ou ils ont été actifs à tous les niveaux depuis le niveau local jusqu’au national dans les structures du parti ou autres;
  2. Ils ont participé dans des crimes nazis, la persécution raciale ou discrimination;
  3. Ils ont déclaré de manière claire une foi dans le nazisme;
  4. Ils ont aidé volontairement de manière morale ou matérielle les nazis ou ils ont collaboré avec eux au niveau politique;

• La propriété du parti nazi et des personnes considérées comme nazis actifs susceptibles d’être arrêtés, passe sous le contrôle de le direction Militaire.
• La même chose concerne toutes les archives, monuments et musées du nazisme.
• La conservation de tous les enregistrements, plans, livres, documents, de toutes les données scientifiques et économiques du pouvoir central allemand, du parti national socialiste et des organisations qui lui sont subordonnées, de tous les services policiers, inclus la police politique et la sécurité, de toutes les organisations économiques importantes, contrôlées par le parti national socialiste et de ses membres.
• L’ordre est donné de la recherche et l’arrêt des dirigeants nazis et des responsables des crimes de guerre pour qu’ils soient jugés
• On met sous le contrôle de la direction militaire toute activité politique; la propagande sous quelque forme que ce soit de idées nazies, militaristes ou pangermanistes est interdite.
• Les tribunaux créés par le régime national socialiste sont liquidés; les tribunaux civiques, pénaux, et administratifs sont également prévus à être dissous de manière temporaire jusqu’à l’élimination de l’influence nazie (80% de la profession juridique ont été membres du parti national socialiste).
• On prévoit la liquidation de toute sorte de police spéciale, avec l’exception de la police criminelle, après la purification des nazis et sa mise sous contrôle de la direction Militaire.
• Toutes les institutions d’éducation sont fermées, en sachant que les nazies le sont définitivement. On prévoie l’élaboration d’un programme d’éducation duquel sera écartée la doctrine nazie et les idées démocratiques seront promues. L’ouverture de nouveau des écoles doit être possible le plus tôt après l’écartement des nazis actifs. Les manuels contenant des idées nazies seront remplacés.
• D’après les décisions de la conférence de Potsdam après la capitulation de l’Allemagne commence le processus de dénazification: le parti Nazi est dissout, ses membres sont écartés des positions occupées, des tribunaux pour crimes de guerre sont constitués. Les forces des Alliés arrêtent des représentants de différentes catégories de nazis – des leaders national socialistes de direction jusqu’aux leaders de groupes locaux, des chefs de la Gestapo jusqu’aux leaders des «Jeunesses Nazies» et du front allemand travailleur. Les documents du parti Nazi donnent assez d’information pour qu’on puisse identifier ses fonctionnaires.

Le tribunal international de guerre ou appelé le Procès de Nuremberg, contre les leaders nazis a lieu depuis novembre 1945 jusqu’au 1 octobre 1946. Les accusations contre eux sont sur les points suivants:

  1. Crimes contre la Paix - planification, préparation, initiation et direction d’une agression militaire en infraction aux lois et pactes internationaux; conspiration pour l’exécution de ces crimes.
  2. Crimes contre l’humanité - assassinats, génocides, déportation, esclavagisme contre populations civiles avant ou pendant la guerre; persécution pour raisons politiques, raciales ou religieuses, indépendamment s’ils ont été faits selon les lois nationales en vigueur.
  3. Crimes de guerre, infraction aux lois de la guerre, assassinats, déportation et travail forcé de populations civiles et prisonniers de guerre, destruction de lieux habités, sans fins militaires.
    Le tribunal cherche une responsabilité individuelle des leaders, des organisateurs, des initiateurs, des complices de l’action consciente dans la création d’un système sans lois, injuste et cruel, contre tous les principes moraux du monde civilisé.

Le 1 octobre 1946 la sentence sur 21 des 24 inculpés est prononcée: dix d’entre eux sont condamnés à mort par pendaison, tous les autres excepté trois sont condamnés à la prison avec une durée différente de 10 ans jusqu’à la perpétuité. Le tribunal rejette les contestations de la défense, à savoir que uniquement l’Etat peut être responsable de crimes de guerre et non pas des personnes physiques. Le procès fait savoir au monde entier les crimes de masse du nazisme.

Le gouvernement américain organise 12 procès à Nuremberg et un à Dachau dans la période 1945-1946. Les pouvoirs britanniques organisent des procès au Luxembourg et à Hambourg. Depuis jusqu’à aujourd’hui des procès semblables ont été menés dans l’Allemagne de l’Ouest, Israël, les Etats –Unis, inclus les procès contre Adolf Eichmann et Ivan Demjaniuk.à Jérusalem. Entre 1963 et 1965 à Frankfurt il y un procès contre 22 ex-officiers SS de Auschwitz.

Déjà avant la capitulation dans les territoires occupés les candidats à des fonctions publiques doivent remplir des questionnaires détaillés, Fragebogen, qui éclairent sur leur passé: si ils ont été membres du parti national socialiste ou fait partie des organisations militaires, leur salaire, leur travail avant la période hitlérienne. Cette information est nécessaire à la direction Militaire pour pouvoir identifier les activistes nazis mais aussi les sympathisants, les militaristes et les gens qui ont bénéficié du nazisme. La véridicité des renseignements est vérifiée par les services spéciaux américains.

Dans le zone américaine les postes dans les services publiques, desquels doivent être écartés des employés, sont déterminés dans l’hiérarchie vers le bas jusqu’à burgmeistr et des chefs de police. Toutes les personnes ayant été embauchées à des postes semblables ou plus élevés après le 31 janvier 1933 ont dû être licenciés. Sont susceptibles de licenciement également des personnes influents dans «les institutions semi – officielles et privées». Ce sont les employés dans les organisations civiques, économiques et de travail, dans les coopérations, dans les institutions industrielles, agricoles et financières dans la presse et l’éducation, inclus les professeurs. De ces positions d’influence doivent être écartés également les membres du parti, qui ont dirigé au sein du parti un service, qui sont entrés avant le 1 mai 1937 (date après laquelle les employés étaient forcés d’y entrer sinon ils perdaient leur travail), mais ils n’ont pas été seulement des membres ordinaires. Jusqu’en octobre 1945 dans la zone américaine sont licenciés de la fonction publique 100 000 personnes et dans le secteur privé 30 000.

Au début dans le secteur privé sont licenciés les nazis avec un capital de plus de 1 million de marks ou avec 250 personnes comme employés. Plus tard la dénazification est élargie et s’il était prouvé qu’ils étaient plus que des nazis ordinaires ils ont été écartés de leur activité peu importe sa dimension, et s’ils étaient propriétaires, elle passait sous le contrôle de la direction Militaire. La loi N°8 du commandement militaire de septembre 1945 impose des prohibitions encore plus fortes concernant l’embauche des membres du parti national socialiste.

En pratique ils avaient le droit d’être uniquement des ouvriers. Une correction dans la loi donne la possibilité aux juridictions d’appel allemandes de considérer les plaintes des personnes concernées. Dans la majorité des cas ces juridictions décidaient qu’il s’agit de membres ordinaires et non pas des nazis actifs. En Bavière des 90 000 plaintes 65 000 ont été satisfaites ce qui signifiait que les personnes récupéraient leur propriété et leur travail.

Aux élections municipales en janvier 1946 la direction militaire contrôle 4 750 000 noms des listes électorales et disqualifie 326 000 pour appartenance au parti national socialiste. Les candidats également sont examinés de nouveau moyennant les questionnaires Fragebogen.

Au début de 1946, la direction militaire américaine se prépare à transmettre la responsabilité concernant la dénazification aux nouveaux pouvoirs allemands. Des propositions de loi sur la dénazification sont discutées. Lors de leur considération il y a des contradictions entre le côté américain et le côté allemand – dans l’idée de la dénazification les américains font la différence entre les nazis actifs et les nazis ordinaires, mais les allemands échelonnant plus de différences: grands criminels, criminels, petits criminels, suiveurs et les acquittés. Là où les américains ont imposé un écartement systématique des nazis actifs des positions d’influence dans la vie économique et publique, les allemands adoptent une échelle de sanctions et voient le sens de la dénazification dans la restitution de la personne dans la société. De la direction militaire américaine on ne conteste pas ça, mais on insiste qu’on considère le nazisme comme un crime et qu’il y ait des punitions bien définies: jusqu’à 10 ans de prison pour les grands criminels nazis, 5 ans ou moins pour les criminels, une amande jusqu’à 10000 marks pour les petits criminels et une amende jusqu’à 1000 pour les suiveurs. Les américains savaient que les amendes seront payées avec l’argent de l’inflation, mais que l’œuvre en elle-même va prévenir un acquittement général.

Une discussion est menée pour la détermination de la catégorie «grands criminels». Pour les allemands ce sont des personnalités qui ont occupé des postes relativement élevés dans le parti nazi ou ils ont été généraux dans l’armée. Les américains mettent dans 99 catégories les personnes définies comme des grands criminels et des criminels et recommandent un examen très attentif de tous les officiers de l’armée, gens de la «tradition junker de Prusse», membres d’organisations étudiantes et autres.

Le 5 mars 1946 dans la zone américaine entre en vigueur la loi de la libération du national socialisme et du militarisme. A la fin de 1946 elle devient obligatoire pour les autres zones également. Selon cette loi 13,5 millions de personnes dans la zone américaine – tous des allemands de plus de 18 ans doivent remplir dans une forme raccourcie le questionnaire de la direction Militaire, Fragebogen. Ceux qui ont eu une activité susceptible d’être jugée devaient apparaître dans les tribunaux locaux de dénazification, qui après une audition des deux partis mettent l’inculpé dans une des cinq catégories et appliquent la punition correspondante. Les inculpés qui sont déterminés comme acquittés, et ceux qui ont payés une amende imposée sont déclarés comme dénazifiés, et leurs droits civiques sont restitués. La loi exige que les membres des tribunaux soient des habitants locaux, des ennemis connus du nazisme, honnêtes et justes.
Les tribunaux ont été formés difficilement à cause de la de la mauvaise volonté des gens à y entrer ou de la peur.

Jusqu’à la fin du mois de Mai 1946 la direction Militaire définit 314 000 gens comme des nazis actifs et susceptibles d’être écartés de la fonction publique et des positions d’influence dans le secteur privé. Après l’entrée en vigueur de la loi pour la libération du national socialisme et du militarisme les tribunaux allemands de dénazification examinent 887 252 personnes des 3 623 112 responsables par rapport à cette loi. D’eux jusqu’au 30 juin 1948 ont été condamnés 117 523 comme des criminels nazis dans les cinq catégories plus basses. 83 775 ont reçu des sentences ou des amendes au dessus de 1000 marks.

Dans les premiers mois après la capitulations commence le changement dans le système éducatif et sa libération de l’influence nazie. Dans la zone américaine la majorité des professeurs sont licenciés, 70-80 %. Les manuels sont examinés attentivement et comme presque tous ont fait la propagande des idées nazies ou pangermanistes sont changés.

La direction Militaire met sous licence de manière ferme, elle examine les media et fait des efforts particuliers pour garantir que dans la presse et la radio vont travailler seulement des gens avec un passé antinazi. La direction Militaire crée son propre organe de contrôle et reconstruction des services d’information allemands qui se déroule en trois phases. D’abord tous les media sont dissous au début de l’occupation. Dans un deuxième temps la direction Militaire choisit des media pour ses organes d’information. Et en troisième lieu petit à petit les media sont rendus aux allemands après avoir donné des licences à des allemands antinazis et démocrates. A part ces critères pour délivrer des licences on essaye que les différentes éditions représentent différentes visions sociales politiques et religieuses.

Un des objectifs important est qu’une nouvelle classe de journalistes soit créée et pour cela des jeunes journalistes sont embauchés et formés. Lors de l’embauche de journalistes pour l’agence d’information allemande DANA les américains préfèrent des jeunes sans expérience ayant un passé anti-nazi, à ceux avec expérience. De juillet jusqu’à la fin de 1945 sont embauchés et formés 130 journalistes dont la moyenne d’âge est 26 ans.

Les professions de théâtre et de musique sont les premiers à être vérifiés par les organes allemands d’autorégulation. Des conseils constitués par le pouvoir local et des citoyens depuis mars 1946 vérifiaient les questionnaires, replis par des producteurs, acteurs et propriétaires de théâtres. Après une vérification de la direction Militaire, le pouvoir locale pouvait faire son choix pour les théâtres et les orchestres.

A part dans le théâtre, la musique, les agences d’information et la presse, la direction militaire américaine fait une libération de l’influence nazie et au contraire fait la propagande de la démocratie à la radio, l’édition et le cinéma.

Dans les différentes zones le processus de la dénazification est fait dans une échelle différente. Dans la zone américaine la procédure est respectée le mieux. Dans les zones britannique et française il y a des compromis qui sont faits pour des causes administratives et économiques. Dans la zone soviétique la dénazification est utilisée pour la création d’un Etat communiste, totalitaire. Pour cela des nazis haut placés n’ont pas été touchés lorsqu’ils exprimaient une volonté de collaborer avec le pouvoir nouveau et même ont atteint des positions assez élevées dans la nouvelle classe dirigeante. La définition de la culpabilité est également considérée avec une sévérité différente. Les cas jugés comme «grands criminels» sont 2,5% du total dans la zone américaine, 1,3% dans la zone britannique et 0,1% dans la zone française.
Dans la zone soviétique la dénazification se termine en 1948. Dans les autres elle se termine petit à petit entre 1950 et 1954.

Aujourd’hui dans quelques pays – l’Autriche, la Belgique, la France, l’Allemagne, Israël, l’Espagne et la Suisse –existent des lois, incriminant la négation publique, et l’amenuisement, l’approbation et la justification du génocide national socialiste et les crimes contre l’humanité. En Allemagne il y a également une interdiction sur les signes nazis. Dans tous les cas les procès sont menés par l’Etat, dans certains cas avec l’aide des organisations anti-nazies ou des personnalités individuelles. On prévoit la possibilité de rendre publique la décision de la justice. Les punitions peuvent être la prison ou des amendes et varient en fonction de pays.

Le site «Décommunisation remercie Marina Ivanova pour la traduction du bulgare en français.

  About this site   Contact us   Copyright   Partners